Difficile de faire l’impasse sur ce qui s’est passé aujourd’hui, à Paris.

Difficile d’imaginer l’horreur et la peur de tous ceux qui ont vécu cela.

Pourtant, on en entend de nouvelles sombres, des attentats, des attaques en tout genre, partout.

Alors pourquoi, aujourd’hui, ça nous touche particulièrement ?

Peut-être parce que c'est si proche de nous. D'habitude, c'est à un vol d'avion, des milliers de kilomètres nous séparent des scènes de crimes. Peut-être aussi à cause de cette violence gigantesque, sur un lieu qui devait être surveillé pourtant et qui s'est révélé vulnérable malgré tout.

Peut-être certainement, parce que ça met en exergue que se battre pour ses idées, ses convictions, ses libertés, même si c'est à la pointe d'un crayon, ça peut se révéler intensément dangereux et que ça ne reste pas que sur le papier. Qu'on soit d'accord ou pas sur ce qui était dit par Charlie Hebdo, il reste qu'il y avait cette tenacité à ne pas plier.

Je mesure ce courage là, parce que je ne sais pas si je pourrais être aussi entière, surtout après ce genre de tragédie qui ramène les idées à une triste réalité.

Peut-etre parce que Cabu fait partie des victimes, et que je peine à imaginer qu’on puisse en vouloir à un dessinateur qui a eu le cran de garder une coupe à la Mireille Mathieu toute sa vie.

Bref, mon cœur est empli de compassion, mon esprit lui est taraudé par le doute, les questions et l'appréhension, ma confiance en l’être humain fortement ébranlée.

Et pourtant, il y a aussi ça aussi (ça peut vous paraître déplacé mais moi ça m'aide à y croire encore)

In the kids' world women don't get hit YouMedia Fanpage