Affiche 3 mots_Fifille workL’année dernière, mon amie de toujours et moi-même, sillonnions  gracieusement   les pistes de ski sous un soleil magnifique. C’était le 1er janvier 2014 et elle lançait des « bonnes années » tonitruants à tous les skieurs qu’on rencontrait en sens inverse, sur le télésiège de l’Alpes d’Huez (pour ceux qui connaissent, je parle de celui où il vaut mieux avoir confiance en son sphincter).

Elle agrémentait ses vœux au gré de l’inspiration de quelques commentaires choisis ; la plupart des gens jouaient le jeu, certains ont certainement dû nous foudroyer du regard mais à travers un masque de ski, c’est un peu , comment dire ?, comme un « pet dans le  vent » pour rester poétique. Et puis quand on se croise sur un télésiège, la rencontre est éphémère donc peu de risques de se faire poursuivre et/ou de se prendre une tannée.

Nous avions, ce jour là, listé nos projets : du plus sérieux (nos futures carrières d’artistes célèbres …Ouiiii ! c’est du sérieux !!! ) au plus fou (ressembler à Sandra Bullock avant la fin de l’année. Projet corrigé sans une once de remords par son homme en un « Tu veux dire Sandra Bullot ? »… Charmant)

En réalité, même si j’ai essayé moult fois de me prêter à l’exercice, je n’aime pas trop les « bonnes » résolutions du début d’année. Ça me fait toujours l’effet d’être une élève en faute qui essaie sans arrêt de corriger ce qu’elle a raté ou ce qu’elle fait « mal ».

Après il y a la liste, toujours plus longue, de choses que l’on aimerait transformer dans la nouvelle année, et qu’on regarde avec un œil de plus en plus angoissé à mesure que les jours s’écoulent jusqu’à le fermer complètement pour ignorer ce qui, soudain, ressemble davantage à un constat d’échec.

Donc, avec ma cop for ever, nous avons décidé d’opter simplement pour 3 mots, supposés nous guider et donner le ton à l’année qui arrive. Après moult propositions, toutes aussi farfelues les unes que les autres, (et dont je vous ferai heureusement grâce), nous avions élu :

«  HUMOUR, BIENVEILLANCE ET ELEGANCE »

C’est à l’énoncé de ce troisième mot que le mari de ma copine a pris son premier fou-rire 2014.

Pour cette année, nous avons décidé de réitérer l’expérience, avec un sens du timing admirable puisque nous sommes en février... donc je ne mettrai pas « ponctualité » comme mot clé.

Et les gagnants sont :

"HUMOUR, AUDACE et DETERMINATION"

Parce que comme dirait un grand parolier de l’autre siècle,

« Faut que je bouge, avant que tout m’enchaine- Qu’cette vie ne soit plus la mienne »

Oui, Patrick Bruel.

Mais faut assumer de ne pas toujours être dans les références classieuses et d’avoir quelques coups de cœur douteux.

Et quand on a cité la maman de Panpan durant l’enfance de ses « petits » (« si tu n’as rien de gentil à dire, tu ne dis rien du tout ». D’ailleurs, ça fonctionne à tous les âges) ou Bree van de Camp pendant  leur adolescence (« le contraire de l’amour ce n’est pas la haine, c’est l’indifférence »), ou encore Princesse Malgré Elle dans les grands moments de doute (« Le courage ne se traduit pas par l'absence de peur, mais par la conscience qu'il existe quelque chose de plus important que cette peur »), on n’est plus à une référence honteuse près.

Allez bonne semaine !

(même là, je suis à la bourre … "PONCTUALITE" tu n’auras pas ma peau !)